10 erreurs courantes dans l’évaluation de la propriété et comment les éviter

Il est important de pouvoir quantifier avec précision cette valeur, car l’achat ou la vente d’une propriété a des conséquences financières à long terme. Voici les 10 erreurs les plus courantes dans l’évaluation d’une propriété :

1. Manque de recherche : L’information détaillée sur le marché, les facteurs de valeur cruciaux et tous les détails, constituent la base de l’évaluation d’une propriété. Exploitez tous les canaux disponibles pour obtenir une image globale de la situation du marché.

Cela inclut, outre l’auto-recherche d’objets de comparaison et l’utilisation de portails en ligne, des discussions avec des voisins et des amis. Une consultation gratuite d’un courtier ou d’un autre expert (banquiers, etc.) ne peut pas nuire. Vous pouvez toujours décider ensuite quoi faire.
Ceux qui ne s’informent pas beaucoup risquent d’aller au marché avec une évaluation irréaliste et donc de perdre de l’argent. Il faut toujours garder à l’esprit: qu’il s’agisse d’un achat ou d’une vente, l’inverse signifie que les mêmes fonds sont disponibles pour déterminer la valeur d’une propriété. Même une décision prise à la hâte peut rapidement devenir une pierre d’achoppement financière .

2. Objets comparatifs trop larges : chaque propriété est unique. Cela est particulièrement vrai pour les maisons unifamiliales. Les facteurs de valeur ajoutée sont difficiles pour les non-initiés et peuvent différer selon le type de propriété. Ainsi, quelques mètres plus loin peuvent déjà garantir une micro-localisation modifiée et reflétée dans la valeur marchande. De plus, souvent, tous les facteurs des objets de comparaison ne sont pas connus.

3. Orientation uniquement vers les annonces : les annonces ne font pas l’objet de prix réels des biens. Celles-ci peuvent être basées sur des estimations incorrectes ou un manque de recherche. Mais si vous êtes bien informé et que vous examinez de nombreuses propriétés de comparaison, vous obtiendrez généralement un bon point de repère. Avec Laforêt.com, il vous suffit de quelques clics pour estimer gratuitement la valeur de votre bien.

4. Aucune aide professionnelle : le marché immobilier est une entreprise complexe qui nécessite beaucoup d’argent. Pour les profanes, il est conseillé de faire appel à une aide professionnelle. Même les professionnels de l’immobilier utilisent l’expertise des courtiers et des experts. Les prix de l’immobilier fluctuent constamment et tous les facteurs à étudier sont difficilement prévisibles.
Une première consultation n’a même pas à coûter cher. Cependant, la pratique montre que même si des coûts sont engendrés, l’effort porte souvent ses fruits .

5. Engager le premier courtier / évaluateur : le choix du courtier ou de l’évaluateur doit également être fait avec beaucoup de soin. Un courtier doit être connecté localement, dans le meilleur des cas, résident et expérimenté dans la vente dans la région. Des courtiers réputés offrent des conseils gratuits à l’avance, prennent leur temps pour leurs clients, établissent une structure de coûts transparente et travaillent indépendamment des banques et des entreprises.
6. Il n’y a rien de mal si vous rendez visite à plusieurs courtiers et leur demander une évaluation. Une conversation avec d’autres experts, par exemple des banquiers dans le cadre d’un prêt hypothécaire, a du sens aussi. Ceux-ci ont généralement également beaucoup d’expérience avec des projets immobiliers et éventuellement une vision plus factuelle de la situation. Il ne faut pas oublier: un courtier agit conformément aux instructions du client, mais poursuit également ses propres intérêts.

7. Mauvaise méthode d’évaluation : dans la plupart des cas, la méthode de comparaison permet d’obtenir une valeur réaliste d’une propriété. Dans certains cas, d’autres méthodes peuvent être plus utiles. Ainsi, la méthode revenu-rendement offre une valeur beaucoup plus intéressante (et plus précise) du point de vue de l’investisseur.

8. Le facteur émotionnel : Les propriétaires mettent souvent beaucoup d’efforts, de travail et d’amour dans leur maison ou leur appartement. En conséquence, ils surestiment souvent les détails qui ont peu ou pas de sens pour les acheteurs potentiels.

9. Prix d’achat + coûts de modernisation = valeur marchande : le marché immobilier est en constante évolution. La valeur d’une propriété peut être très différente aujourd’hui de ce qu’elle était il y a 15 ans, à la fois dans un sens positif et négatif. En outre, un prix déjà payé peut ne pas être équitable sur le marché ou avoir été influencé par des facteurs externes.
La valeur réelle d’une propriété n’est en tout état de cause qu’une valeur théorique, ce qui peut être au mieux un indice. Le prix réalisable peut être beaucoup plus élevé ou plus bas.

10. Sous-estimation de l’efficacité énergétique : L’efficacité énergétique a été l’un des sujets les plus importants de l’industrie immobilière ces dernières années. Même de petites économies sur les coûts de fonctionnement peuvent avoir un impact important sur la valeur d’une propriété. Les acheteurs et les vendeurs devraient être pleinement informés de l’efficacité énergétique d’un bien immobilier. Ce qui fait que la certification énergétique doit toujours être incluse dans leur décision.

Vendre rapidement son bien immobilier grâce au Home Staging

Plan du site